Laetizia Ramolino

 La mère de Napoléon Bonaparte voit le jour à Ajaccio le 24 août 1750.Elle est la fille de Jean-Jérome Ramolino (capitaine dans l'armée génoise puis Inspecteur général des Ponts et Chaussées de la Corse) et d'Angela Maria Pietra-Santa (issue d'une famille noble originaire de Sartène.

Mariée à Carlo-Maria Buonaparte (Charles Bonaparte) le 2 juin 1764, elle lui donne douze enfants dont huit vivront jusqu'à l'âge adulte.

Devenue veuve en 1785, elle vit dans la gêne les années qui suivent la mort de son mari puis se remarie en secondes noces avec un officier suisse, François Fesch, avec qui elle aura un fils, Joseph, futur cardinal et primat des Gaules.)
En 1793, les partisans de Paoli brûlent sa maison. Elle doit alors fuir Ajaccio avec sa famille.

Réfugiée à Toulon, puis à Marseille, elle s'emploie d'abord à marier ses enfants avant de s'établir à Paris après le 18 Brumaire, d'où elle suit, non sans inquiétudes, l'ascension de Napoléon.

Bien que représentée par David dans son tableau du sacre, elle n'assiste pas à la cérémonie.

Après la chute de l'Empereur en 1814, elle s'installe à Rome  mais fait le voyage de Paris durant les Cent-Jours pour revoir son fils. Par la suite, elle n'obtient pas le droit de le rejoindre à Sainte-Hélène. Elle décède dans la ville éternelle le 2 février 1836. Inhumée au couvent des soeurs de l'ordre de la Sainte-Croix et de la Passion à Corneto, près de Civitavecchia, dans le Latium, sa dépouille sera transférée en 1859 à l'intérieur de la cathédrale d'Ajaccio avant un ultime transfert, l'année suivante, dans la Chapelle Impériale de la même ville. Elle y repose de nos jours aux côtés de son époux et de son demi-frère.

Répondre