Les Bonaparte

Films Livres Généalogie Enfants Lieux Galerie

Les origines

1358, île de Corse, en méditerranée. Les citadelles pisanes deviennent génoises et la Corse toute entière appartient désormais à celle que l’on appelle la sérénissime République.

La Corse est encore un territoire misérable, quelques seigneurs tyrannisent le peuple et profitent de l’anarchie. C’est une révolution populaire et les raids barbaresques sur les côtes qui contraignent les seigneurs locaux à se mettre sous la protection de Gênes.

La Corse disposera alors d’un statut particulier et demeurera pour 4 siècles sous administration génoise. Il faut préciser que la Corse est un enjeu stratégique en méditerranée.

Antoine Marie Graziani

En anéantissant la flotte pisane lors de la bataille de la Meloria en 1284,  Gênes est devenue la plus grande puissance méditerranéenne, où elle n’a comme rivale que la puissance du Roi d’Aragon qui contrôle déjà les Baléares et convoite la Sicile. Gênes occupe les citadelles de Bonifacio et Calvi et en devenant propriétaire de la Corse la République va se trouver obligée d’asseoir son autorité et conférer à la Corse ses premières lois écrites.

L’île est alors divisée en deux régions et est administrée par un gouverneur assisté d’une assemblée élue. Les deux régions sont elles même divisées en Pievi, une délimitation correspondant à peu près aux paroisses ecclésiastiques, administrées par des assemblées communautaires.  Les magistrats de cette communauté sont élus au suffrage universel.

Ces institutions communautaires ont commencé à exister à cette époque un peu partout en Europe, surtout dans des régions sans véritable pouvoir central.

C’est dans ce contexte de volonté d’une administration libérale que la République de Gênes fait venir en Corse de nombreux colons originaires de différentes cités alliées d’Italie.

Les Bonaparte arrivent en Corse en 1482. La famille est originaire de Sarzane, petite cité médiévale fortifiée située dans le nord ouest de l’Italie sur la côte Ligure.

Ils  occupent déjà de hautes charges auprès du Doge de Gênes. Depuis le 12ème siècle, on compte parmi les ancêtres Buonaparte de Sarzane des magistrats, des juges ou des notaires.

La famille Buonaparte est alors dirigée par Giovanni Buonaparte qui arrive en Corse en mission auprès du gouverneur génois pour le contrôle de la colonie.

La République de Gênes avait confié à la puissante banque Saint-Georges la gestion de la Corse, et c’est pour protéger la Corse que l’office fit construire tours de guet et citadelles. On fit alors venir de nombreuses troupes de la métropole italienne pour protéger les côtes assaillies périodiquement par les turques et les barbaresques qui pillent les villages pour y enlever de belles esclaves, des bêtes ou des récoltes. 

Charles Napoléon :

«  Giovanni Buonaparte eut deux fils. Le cadet, Cesare, serait devenu Chapelain de la cathédrale de Sarzane tandis que l’ainé, Francesco dit le Maure, vraisemblablement en raison de son teint sombre, se serait engagé dans les troupes de la République de gênes qui l’envoya en garnison à Ajaccio… »

A la mort de Francesco le Maure en 1540 «  Les Bonaparte comptent parmi les familles fondatrices de la colonie génoise d’Ajaccio, à l’époque gros bourg rassemblant une cinquantaine de familles, soit au plus 700 habitants. Afin de préserver sa population, la colonie limitait strictement son accès aux autochtones corses qui n’étaient admis que les jours de marché où les paysans venaient approvisionner la petite cité. » C’est l’époque où les Bonaparte sous l’autorité de Gabriele, le fils de Francesco le Maure vendent tous leurs biens à Sarzane afin de s’installer définitivement à Ajaccio.

Il existe à cette époque une autre famille Buonaparte à Florence et qui fait partie de la grande dynastie toscane issue de la noblesse romaine des Orsini… Sont- ils apparentés ? Rien n’est certain, mais c’est avec cette ambigüité que Charles Marie Bonaparte obtiendra 200 ans plus tard ses titres de noblesse qui permettront à Napoléon de bouleverser l’Histoire de France.

Charles Napoléon :

« La venue des Bonaparte en Corse se fit donc sur trois générations sans rupture brutale avec le reste de la famille restée sur le continent italien. L’arbre généalogique remis par Charles Bonaparte à d’Hozier de Sérigny  juge d’armes de la noblesse de France, en 1771 montrent que huit générations constamment présentes à Ajaccio le séparaient de Gabriele. Famille de notables mais dont l’importance doit être replacée dans le contexte d’un petit port qui comptait au plus 4000 habitants et n’était ni la capitale de la Corse génoise, ni la principale cité de l’île. »

Les Buonaparte à Ajaccio, font partie des colons génois et occupent des postes importants. Geronimo, le fis de Gabriele est notaire et siège parmi les 6 membres du conseil des anciens de la ville d’Ajaccio. On retrouve sa signature sur de nombreux documents publics portant sur l’administration de la cité, notamment la permission aux corses de participer au conseil, mais qui  leur refuse le droit de posséder un bien intra muros.

A cette époque les Génois souhaitent développer Ajaccio et renforcer la colonie. La périphérie d’Ajaccio est considérée comme insalubre, les étangs qui l’entourent ont besoin d’être asséchés. En 1584 c’est Geronimo Buonaparte qui obtient le concession de l’étang des Salines en contrepartie de construire un poste avancé de la ville : la Tour des Salines précisément. Les Salines seront une propriété qui génèrera des revenus à la famille encore de très nombreuses années.
« Chaque génération des Bonaparte jusqu’à Charles allait améliorer cette propriété. Les deux siècles suivants virent les Bonaparte, tour à tour, Capitaine, greffier, commerçant, notaire… »